Nouveautés

VOUÂTURES

photographies

« [...] Une toute fin de siècle convoque le début de l’autre : L’automobile fait son entrée dans le monde prête déjà à faire la belle dans les salons [...] 

Guerre et paix obligent. Le train-train fatigue, le temps suspend son vol, et la léthargie génère l’ennui. Comment sillonner le monde renverser les montagnes traverser mers fleuves et rivières, et faire ses courses au coin de la rue ?

[...] Au fil du temps, plus communément dénommée voiture, elle est là, qui prend une place d’importance en devenant l’objet indispensable à l’usage du déplacement, la fréquence et l’enthousiasme suscités ne pourront plus qu’en produire à jamais l’accélération. Les marques des grands s’affrontent, l’enjeu au prix fort du défi à la concurrence est un bon moteur : On ne badine pas avec la roue de la fortune... Et tout qui marche comme sur des roulettes ! »

 « Il a pris sa ouature les pigeons avaient chié dessus On lui a craché sur

son pare-brise

Ah qu’il ah qu’il est content d’avoir promené sa belle ouature ! »   

Raymond Queneau

 

Collection:
Date de parution: 
05/11/2019
ISBN 978-2-35729-111-9 * PVP 20 euros * 96 p.
coll. photographie de Jeanne-Marie Sens
Prix: 
20,00 €

Frais d'envoi inclus en France Métropolitaine, Union Européenne et Suisse.

PENSER CONTRE

quatre essais sur la philosophie critique de Miguel Abensour

Selon Patrice Vermeren, Horacio Gonzalez a conceptualisé le geste d’auteur et d’éditeur de Miguel Abensour comme un « processus de libération des textes ». Il s’agit moins pour lui, dit H. Gonzalez, de théoriser sur l’utopie que de l’invoquer avec des textes propitiatoires afin de discerner ses mécanismes et son fonctionnement. Il s’agit de lire Abensour lisant ou éditant des textes oubliés ou retrouvant le fil conceptuel perdu d’autres textes, non pas en tant qu’il en proposerait une interprétation nouvelle qui donnerait matière à légitimer le dispositif spéculatif de son propre système philosophique qu’il chercherait à nous imposer, mais en ceci qu’il nous incite à penser par nous-mêmes avec lui. Soit la dimension d’une nouvelle exigence de la pensée, qui déplace la question de son rapport au politique.

« Abensour était un homme de l’égalité, un homme du conflit pour mieux établir un lien d’égalité. Dans n’importe quel entretien qu’il vous accordait, il s’arrangeait toujours pour rétablir l’égalité, vous poser une question, vous dire qu’il ne connaissait pas telle référence à laquelle vous aviez fait allusion, tandis que c’est vous qui étiez demandeur de ses références et de ses réflexions. Il récusait le paradigme de l’ordre pour celui du lien, tant dans les rencontres individuelles que dans la communauté politique. C’était son côté spinoziste : plutôt qu’un pouvoir sur les hommes, valoriser un pouvoir entre les hommes et avec les hommes, parce qu’il augmente la puissance d’agir. « Qu’est-ce qu’une bonne rencontre, à l’opposé du malencontre, sinon l’événement heureux où se forme entre les hommes un nouveau lien, un nouveau tissu relationnel tel que ce tissu augmente aussitôt la puissance collective d’agir, la puissance d’agir de concert ? ».

P. V.

“Qu’est-ce qu’une bonne rencontre, à l’opposé du malencontre, sinon l’événement heureux où se forme entre les hommes un nouveau lien, un nouveau tissu relationnel tel que ce tissu augmente aussitôt la puissance collective d’agir, la puissance d’agir de concert ?” 

M. A.

 

Editeur:
Collection:
Date de parution: 
25/10/2019
ISBN 978-2-84534-288-0 * PVP 16.50 euros * 152 p.
Prix: 
16,50 €

Frais d'envoi inclus en France Métropolitaine, Union Européenne et Suisse.

L'IMAGE INVISIBLE

« À travers un des poèmes qui le composent, intitulé “Gris lumière”, cet ouvrage fait écho au temps gris clair aimé de Cézanne, où se révèle pleinement, ce gris qui, dit-il, “seul règne dans la nature” et qui, selon Baudelaire déjà, “résume en lui toutes les couleurs”.

“Journal”, le texte sur lequel s’ouvre L’image invisible, reflète le dessein qui sous-tend l’ensemble : donner corps au rêve d’un livre qui par son propre mouvement s’élaborerait indéfiniment, de jour en jour, sans qu’un terme lui soit prescrit, comme il en va de la vie même. » J.-P. B.

 

"Sont-ils miens, ces mots béants

il est mort – tu es mort –

hier ? ou voici des années ? toi

 

dont parfois la main fraternelle

vient encore guider la mienne

tu es mort — tu es vivant.

J.-P. B.

 

 

Collection:
Date de parution: 
08/10/2019
ISBN 978-2-35729-110-2 * PVP 14.50 euros * 88 p.
L'IMAGE INVISIBLE de Jean-Pierre Burgart
Prix: 
14,50 €

Frais d'envoi inclus en France Métropolitaine, Union Européenne et Suisse.

LA LUMIÈRE ET LA BOUE

Le rouge et le noir à l'ombre de 1793

Texte 1

« Le Rouge et le Noir est une œuvre énigmatique. Énigme plurielle. D'abord, il y a le titre. Classiquement, en s'appuyant sur les propres déclarations de Stendhal, on l'interprète comme si le Rouge évoquait les carrières militaires et le Noir les carrières ecclésiastiques. Mais est-ce bien sûr ? Méfions-nous des explications de Stendhal dont nous savons qu'il avait un goût prononcé pour la mystification.

En outre, il s'agit d'un roman écrit « à l'ombre de...» : certains protagonistes agissent et se déplacent sur une double scène, la scène contemporaine du roman, la France de la Restauration, et une autre scène située dans une époque passée qui a valeur d'exemple. Double scène donc, dans la mesure où les protagonistes trouvent la source de leur conduite dans l'identification à un modèle choisi dans le passé et dont ils s'efforcent d'imiter les hauts gestes et les grandes actions, en dépit de la résistance du temps présent. »

Texte 2

“Pour reprendre la fameuse formule d’Anacharsis Cloots, “Ni Marat, Ni Roland”, la ligne directrice de cet essai sera : “Ni Soboul, Ni Furet”. Le pari est fait que le temps est venu de proposer une lecture qui se tienne à l’écart des idéologies qui ont présentement cours, soit l’identification du jacobinisme à une préfiguration du léninisme, soit la glorification de Thermidor. Autrement féconde nous apparaît l’approche de R. Bodei qui, dans La Géométrie des Passions, en confrontant le projet jacobin à Spinoza dévoile une nouvelle constellation dans laquelle le recours à la crainte et à l’espoir, loin de viser à l’asservissement du peuple travaille à sa libération. Aussi cet ouvrage aura-t-il pour ambition de ‘s’expliquer avec Saint-Just’ en faisant de la question politique le lieucritique par excellence ? 

Une des intentions de mon travail critique est d’aboutir à la mise en lumière de ce que j’appelle, l’aporie de l’héroïsme. L’action politique ne peut pas se passer du courage, voire de l’héroïsme, mais la forme héroïque, l’intrigue de l’héroïsme ne conduisent-elles pas souvent à une sortie du politique, à la dénégation de la logique qui lui est propre.”

M. A.

 

Editeur:
Collection:
Date de parution: 
08/10/2019
ISBN 978-2-34534-232-3 * PVP 14.50 euros * 120 p.
Prix: 
14,50 €

Frais d'envoi inclus en France Métropolitaine, Union Européenne et Suisse.