Sciences sociales

LES AVATARS DE L'ARCHITECTURE ORDINAIRE

 

Notre vie quotidienne est composée d’enchaînements de choses ordinaires. Les esprits forts peuvent s’en moquer. Le commun leur répond : les tâches les plus humbles ne sont pas dénuées de grandeur. Ou encore : le rabâchement de l’ordinaire fait entrevoir des abîmes. Il ajoute : comment se choisir des héros si ce n’est en les distinguant de l’ordinaire ?

 

Des héros ? Parmi ses grandes figures, notre société distingue peu d’architectes. Si une poignée d’entre eux s’impose par leurs statures, la collectivité s’en trouve souvent encombrée : quand on la sonde à propos de l’architecture, elle répond « fuite en toiture ». On en conclut qu’il lui importe, en premier lieu, que l’architecture traite des choses ordinaires.

 

Editeur:
Collection:
Date de parution: 
01/12/1997
ISBN 978-2-91017-051-6 * PVP 3.05 euros * 32 p. 11 x 24 cm
Prix: 
3,05 €

Frais d'envoi inclus en France Métropolitaine, Union Européenne et Suisse.

L'ART ULTIMO

La démocratie prouvée par l'absurde

Nous assistons en témoins médusés à une chose étrange, presque impensable : à l’abandon pur et simple de la démocratie par la démocratie elle-même, à seule fin, d’après ce qui s’en dit, de sauver la démocratie. Et cela sans rien pouvoir y faire qui ne serve aussitôt d’argument à cette invraisemblable logique de l’absurde. 

Editeur:
Collection:
Date de parution: 
15/05/1997
ISBN 978-2-910170-48-6 * PVP 3,88 euros * 16 p. * 11 x 24 cm
Jean-Paul Curnier Sens & Tonka
Prix: 
3,88 €

Frais d'envoi inclus en France Métropolitaine, Union Européenne et Suisse.

LE MAC DE MARSEILLE

Une affaire de musée d'art

Entre le 29 février et les premiers jours de mars, la presse a fait état de la mise en garde à vue d’un artiste et du directeur du musée d’art contemporain de Marseille (MAC). Ce qu’il en ressortait, malgré le motif jubilatoire, c’est une histoire d’agression contre une œuvre subversive et contre l’audace d’une institution qui cherchait à susciter le débat, à mobiliser la pensée.
Tout commence avec le titre de la pièce exposée : Tout ce que je vous ai volé, qui prend tout son sens quand on pense que les musées sont pleins de “tout ce qui nous a été volé” depuis que l’art existe, de toutes les œuvres détournées de leur lieu, de leur origine, de leur réalité vivante pour être recelées et mises en détention provisoire.
Le musée étant le lieu du recel de toute culture, il est logique qu’il en soit venu à receler le vol lui-même, à voler le vol à sa propre réalité et à en faire une œuvre. Donc tout aussi logique (et ubuesque) qu’il soit mis en accusation pour recel et pour vol.

 

Editeur:
Collection:
Date de parution: 
15/04/1997
ISBN 978-2-910170-45-5 * PVP 9,15 euros * 48 p. ill. * 11 x 24 cm
Jean-Paul Curnier Sens & Tonka
Prix: 
9,15 €

Frais d'envoi inclus en France Métropolitaine, Union Européenne et Suisse.

Pages